26 novembre 2008

Quand la marmotte quitte son terrier !

Et oui, fin octobre, ma Marmotte préférée, accompagné de son indispensable Parpotte, est venue quelques jours à la maison. Et oui, c'est aussi une grand-marmotte qui veut profiter de sa petite-lutine et de sa petite-pirate ! - et accessoirement de moi aussi !

Et moi, j'ai drôlement bien profité d'eux ! ! !

J'ai exploité mon Papus, et plutôt deux fois qu'une:

  • lego made in Ikéa avec tout un déménagement de meubles, maintenant, j'ai une jolie bibliothèque avec plein de livres dedans !
  • rangement de mon garage, pour la enième fois et certainement pas la dernière...
  • peinture perché sur une échelle, pour atteindre les fenêtres du haut de ma maison, et en profitant d'un rayon de soleil entre deux gouttes de pluie
  • plus tout un tas de petites choses à droite et à gauche...

Et j'ai même pas pris de photo de mon Papus en train de travailler ! !

Et puis j'ai aussi exploité ma Mamus, ou plutôt je l'ai regardé travailler et j'ai essayé d'apprendre. Et oui, malgré mon four assez pitoyable, on a passé plusieurs heures, sur plusieurs jours, à faire ça :

PICT0495IMG_2967PICT0596PICT0599

Et oui, j'ai eu un cours particulier de macarons chez moi !


Alors, évidemment, ça aurait pu donner ça :
PICT0706

Mais on a fait plus modeste :

PICT0597

J'ai pu choisir le parfum, noix de coco,
et pour le fun on a coloré les coques en bleu

Et ma Mamus, prévoyante, nous avait apporté quelques surprises :

IMG_2962

chocolat, café, spéculos, citron, caramel, fraise tagada, pistache, framboise
Un vrai régal !



Et pour qu'on puisse s'amuser, elle a emmené quelques coques de macaron, vides, qu'on a remplies selon nos envies :
en version salée, avec du tartare d'algues, ou de la confiture de figues, ou des poivrons marinés, ou de la tapenade
en version sucrée, avec un essai que j'ai adoré : les macarons à l'anis - faut dire que depuis toute petite j'adore l'anis...


Au final, ça a été une semaine de folie, super chouette !
Encore merci à mes parents !

Posté par Karanty à 20:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Quand la marmotte quitte son terrier !

    On peut goûter ?

    Posté par EveB, 27 novembre 2008 à 13:53 | | Répondre
  • comment ça ?

    ...Marmotte est partie voyager et on ne m'a rien dit ... on me cache des choses ... ou alors je rêve ! ! !

    Et pendant ce temps là ... mon double a été utilisé ... que dis-je ... abusé ... on lui a fait faire plein de travaux ... je ne comprends rien ... lui non plus ne m'a rien dit ....

    Je vais surveiller tout ça de plus près ... des fois que ça recommence ! ! !

    Posté par parpotte, 27 novembre 2008 à 14:52 | | Répondre
  • Merci ... merci ...

    Joker pour la vive émotion que tu m'as donnée ! j'en suis toute boulecham ! ! !

    Eh ! oui , la marmotte aime bien sortir de son terrier .... surtout pour rendre visite à ses enfants et petits-enfants ...

    Quels merveilleux tête à tête avec p'tite pirate lors du bain ! ! un plaisir immense !

    Quels bons moments avec petite lutine :jeux , dessins ,histoires ......un vrai régal !

    Quelle joie ! que ce moment passé toutes les deux à macaronner ! C'est grâce à vous ! alors au passage un grand MERCI ! ! il faudra qu'on recommence ! !

    Plein , plein , plein de bisous virtuels avant les réels ! ! +++++++++

    Posté par marmotte, 27 novembre 2008 à 19:47 | | Répondre
  • comment déguster un macaron

    manger un macaron ? mais non ... c'est déjà un contresens ... il faut le déguster ... et cela demande de l'application, du sérieux, de la douceur, et ... beaucoup d'apprentissage ... alors ne perdons pas de temps !

    ... il faut d'abord considérer que la taille du macaron doit être au maximum de la largeur de la bouche ... de façon à pouvoir l'enfourner (et non pas l'engueuler ! ! ! le macaron ne s'en remettrait pas et pourrait tourner ...) d'un seul coup ... déposer le macaron - tenu sans pression entre le pouce et l'index de la main droite si vous êtes droitier, de la main gauche dans le cas contraire - délicatement sur la langue tendue à l'extérieur et par un mouvement lent, qui laisse au nez le temps de saisir le parfum délicat de la ganache, rentrer la langue avec le macaron en équilibre (mais je ne suis pas inquiet ... il restera bien en équilibre ...) dans le palais et refermer tout doucement la bouche ... en veillant à ne point toucher au macaron (petites bouches s'abstenir ...) et là ... respirer tranquillement ... le même parfum envahit toute la cavité buccale ... fermer les yeux ... et attendre ... c'est une sorte de supplice ... mais délicat .... vous devez pouvoir rester en apnée pendant presque une minute pour bénéficier des parfums subtils

    ... alors ... quand le macaron est en confiance, qu'il laisse transparaitre toutes ses qualités, qu'il est petit à petit humecté par votre salive ... presser tout doucement la langue vers le haut du palais ... tout doucement ... mais non ... pas si vite, pas si fort ... tendrement ... et sentez la coque supérieure commencer à fondre ... et rejoindre la coque inférieure qui subit le même sort enviable .... ralentir la progression afin de ne pas heurter le macaron (il ne se rend toujours compte de rien ... sinon il aurait déjà crié ...oh un tout petit cri plaintif ... mais si vous êtes attentifs vous l'entendrez) ... tout doucement le laisser fondre ... jusqu'à ce que la langue et le palais arrivent SIMULTANEMENT à la ganache qui a servi à joindre temporairement les deux coques ... puis se laisser aller ... et vous distinguez alors l'arôme de la ganache (café ... pistache ... chocolat ... vanille .... ou même anis ...) ... et là ... la dopamine vient saturer les neurones ... et vous passez un moment délicieux ....le bonheur !

    ... mais chut ... une telle dégustation est réservée aux gourmets ... alors n'en papotez pas trop .... pour conserver le mystère ....

    Posté par parpotte, 28 novembre 2008 à 23:50 | | Répondre
Nouveau commentaire